retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB, 2013 - 2018

Alice Gautier

MÀJ 12-03-2020

EN DANSEUSE partie II, production 2020-21
pièce et installation vidéo, multi-projection, numérique, couleur
conception : Alain Michard
collaboration artistique-vidéo : Alice Gautier
son : Manuel Coursin


En danseuse se fonde sur l’idée que le corps du chorégraphe est la source même de son œuvre. Par extension, il porte en lui cette œuvre, et même une Histoire de la danse, singulière, faite de danses vécues, vues, fantasmées. Un dispositif est mis en place, qui permet parallèlement d’écrire une danse et de fabriquer des images à partir de cette danse.

Le dispositif des films est imaginé en collaboration avec Alain Michard : pour le filmeur, il n’est pas question d’être un simple témoin de cette danse en liberté, c’est le dispositif qui est l’instigateur de la danse, elle est faite pour lui.
Le plan-séquence joue pleinement son rôle de «metteur sous tension», et c’est en grande partie par lui qu’apparaissent les gestes imprévus, non maîtrisés, l’impensé, l’invisible.
Le films sont présentés au sein d'une installation vidéo en multi-projection, élaborée en collaboration avec Alain Michard et Manuel Coursin.

DEDANS CE MONDE, 2017
documentaire de création, numérique, couleur, 32'
réalisation : Loïc Touzé
image : Alice Gautier
son : Julie Michel
montage : Alice Gautier et Loïc Touzé
en collaboration avec Julie Michel


Entre fin août et début septembre, comme chaque année depuis 10 ans, la manifestation artistique À Domicile a lieu à Guisseny, petite commune du Finistère Nord.
À Domicile est la rencontre entre des habitants de cette commune et des artistes-chorégraphes. Dedans ce monde est la parole chorale de ces habitants qui, face caméra, témoignent des bouleversements qu'ils ont traversés au cours des séances de travail.

L'image, qui emprunte à la tradition du portrait en photographie ou en peinture par le travail du fond et de la lumière, est pensée en dialogue avec Loïc Touzé, pour accueillir les récits croisés de ces expériences. À la fois simple et rigoureux, le cadrage donne toute son importance aux corps tout en laissant une grande place au hors champs.
Le montage, à quatre et parfois six mains, dessine un paysage de gestes et d’actions, un rituel offert à notre imagination.

LE BEAU MARIAGE, 2016
scénographie en collaboration avec Alain Michard pour la pièce chorégraphique Le Beau Mariage, panneaux et béquilles, bois et cartons, projections vidéos
chorégraphie : Alain Michard
avec : Daphné Achermann, Carole Contant, Alice Gautier, Theo Kooijman
scénographie : Alice Gautier et Alain Michard
son : Vincent Roussel
création lumières et régie générale : Gweltaz Chauviré
coproduction : Louma, Musée de la Danse-Rennes, Intervalle-Noyal, Le Forum-Falaise


Le beau mariage raconte la rencontre entre la danse et le cinéma, deux formes d'art qui entretiennent depuis toujours une relation "amoureuse", faite de croisements, de complicité et de pillages.

La scénographie est imaginée et élaborée en collaboration avec Alain Michard. Elle est modulaire, composée de panneaux et cadres (bois et cartons), et d'images projetées. Les panneaux manipulés par les interprètes, découpent l'espace comme on découpe les scènes au cinéma, et redonnent à l'image cinématographique la dimension artisanale et magique de son apparition. À la fois surface de projection d'images ou d'imaginaire, personnage ou environnement, la scénographie dissimule ou révèle les corps et les fictions présents sur le plateau.