retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB, 2013 - 2018

Lou Roy

MÀJ 19-03-2021

Révérences

Lou ROY

Dévêtir un Prince

 

Attribut historique du Prince, et se confondant avec ce dernier, le statut du cheval oscille entre objet et sujet.

 

Lou Roy porte un regard bienveillant sur l'animal, en le débarrassant des projections dont l'homme l'affuble. L'artiste scrute, dissèque, examine puis recompose. L'identité crue de l'animal est exprimée à travers l'exhibition de son anatomie. La minutie du dessin à l'encre ou la rigueur de la broderie, servent le traitement graphique des vaisseaux constituants les entrailles, la chair, les os. 

 

La puissance des oeuvres de l'artiste relève de la confusion entre les registres. L'objet artistique se veut identifiable : un blason, un papier peint en toile de Jouy, une broderie, un vitrail. Ces supports esthétiques traditionnels se révèlent alors peu à peu au regardeur en dévoilant un sujet plus tacite. Le corps est ouvert, le dessin et les couleurs forment des entrailles. L'enchantement fait place à un dégout teinté de fascination. Le répugnant est fardé par le geste artistique, à l'instar du cheval dont la bestialité intrinsèque est dissimulée derrière des cérémonies fastueuses et la majesté d'attitudes inculquées avec autorité.

 

La pratique de Lou Roy est longue et minutieuse. Les grands formats se révèlent à travers l'encre à le teinte sanguine tandis que la broderie reproduit le geste clinique de la couture. La générosité de ses réalisations tient dans leur fragilité, comme son vitrail éphémère sur papier calque qui, peu à peu, perdra de son encre au contact de la lumière. C'est donc bien une Révérence que l'artiste tire à son prince, symbolisée par le reliquaire, un hommage à sa vraie nature inhérente.

 

Lors de sa résidence, c'est au côté des soigneurs que Lou Roy a pensé le rapport avec l'Homme. L'installation plonge le visiteur dans un cérémonial chirurgical, détournant ainsi les représentations canoniques du cheval en histoire de l'art. Avec un tracé qui se fait organique, le geste essentialiste de Lou Roy procure ainsi à l'animal une nouvelle noblesse toute primitive.

 

Extrait du catalogue de l'exposition Révérences, dans le cadre de la résidence ARTCHEVAL.

Exposition au Centre d'Art Bouvet Ladubay jusqu'au 31 mai.