retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2015

Mélanie Villemot

MÀJ 26-11-2018

Reaching perfection, 2016

Peinture blanche du mur d'un espace d'exposition désassemblée par ponçage, puis reposée par soufflage selon l'organisation d'un pavage de Penrose.

Reaching perfection est une intervention qui propose une refonte de l’un des standards de l’espace d’exposition: le mur blanc. Habituellement, au plus la matérialité de sa peinture se fait discrète, au plus ces murs sont conformes à ce que l’on attend d’eux. Lisse, uniformité et blancheur sont ainsi retenus comme critères pour évaluer de la qualité de la peinture. Le bien peint résulte ainsi d’une appréciation relative, basée sur un modèle construit à partir d’un ensemble de critères. Estimant que la matière picturale pourrait être rangée de manière plus efficiente, Reaching perfection se veut comme une proposition de rénovation de la peinture du white cube appuyé sur un nouveau modèle de références inspiré de la cristallogenèse*.

Reaching perfection suit une méthode inspirée de l’un des pavages découvert par Penrose dans les années 80 qui servit nottamment les recherches en cristallographie. Ces pavages, apériodiques tout en restant d’une grande régularité, aidèrent en effet à modéliser la structure moléculaire des quasi-cristaux, solides au spectre de diffraction discrets comme ceux des cristaux qui posèrent problème aux physiciens du fait de l’apériodicité de leur organisation moléculaire. Reaching perfection s’appuit alors sur l’un de ces pavages pour réorganiser la matière picturale du mur d’un espace d’exposition. Désassemblée par ponçage, la peinture est récupérée puis reposée par soufflage à l’aide d’un pochoir suivant ce motif, imitant ainsi l’organisation moléculaire de ces solides.

Il est alors intéressant de noter que l’on retrouve ce type de pavage dans les mosaïques d’anciennes mosquées, lieux de prière et de méditation. Le choix du pavage de Penrose n’est ainsi pas anodin : leur harmonie subtile, suffisamment complexe et régulière pour que l’on ai l’intuition de leurs mécanismes sans jamais vraiment les saisir, exercent en effet une grande fascination et en fait de magnifiques terrains de jeux pour l’esprit humain.

Reaching perfection propose ainsi une nouvelle méthode d’application de la peinture basée sur un système de valeurs fondé sur la complexité et la régularité. En reportant sur la peinture la structure moléculaire des quasi-cristaux, l’idée est ainsi de lui transférer leur pureté en modifiant son organisation. Ces nouveaux murs métamorphosent alors l’espace d’exposition, et proposent un nouveau système de références ouvert à la contemplation.


* passage d’un état désordonné à un état ordonné de la matière entraînant la formation de cristaux

Vue de l’exposition Au lieu du geste, à l’endroit du temps, Festival Oodaaq, Juin 2016, au Praticable à Rennes