retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2017

Carole Cicciu

MÀJ 30-04-2018

An Endless Game, 2017

Performance à De School (Club Amsterdam), 15 minutes

Avec Alexis Bondoux, Lou Buche, Paul Girardeau, Tom Oreel, Sjoerd Ter Borg et Alex Zakharchuk

Avec le soutien de Patta http://patta.nl

Récit

Six basketteurs s'échangent un ballon sur un dance floor vide. Il est 9h du matin, un dimanche, Roi Perez (Ostgut) commence son set. Les portes s'ouvrent.
Au beau milieu d'une Weekender Party, la foule quitte la salle du niveau inférieur pour danser à la lumière du jour. Ils entrent progressivement, assistant aux échanges des joueurs, sans panier, sans issue.

Ils s'activent néanmoins comme si l'enjeu était réel, se passant la balle, se bloquant les uns les autres par des écrans et autres stratégies d'attaque/défense.
Ils ne marquent pas, la techno guide le rythme de leurs mouvements, l'intensité des passes. La confusion avec la foule se fait progressivement sentir. Les survivants de la nuit se mettent à danser autour d'eux, estompant l'aspect majestueux de leur jeu. Ils se mêlent aux joueurs, la balle flotte dans la foule, passe au-dessus d'elle, l'enveloppe.

Ils disparaitront un à un, à travers les clubbers jusqu'à ce que le dernier “loner” quitte la salle en dribblant, déjà oublié par les beats intenses de Roi Perez.

An Endless Game, 2017

Performance at De School club, Amsterdam, 15 minutes

With Alexis Bondoux, Lou Buche, Paul Girardeau, Tom Oreel, Sjoerd Ter Borg and Alex Zakharchuk


6 basketball players randomly playing on a dancefloor when the doors open and the DJ starts his set. It's 9AM, Sunday morning, right in the middle of a Weekender Party when the crowd is transfered from the basement dancefloor to the groundfloor one. They play as if the game was real, passing the ball eternally to each other. They don't score, the deep techno embraces the rhythm of their movement, no one knows why, how, if it is real or just their imagination. The crowd progressively starts to dance, everyone is high, enjoying this floating moment. They vanish one by one until the last loner dribbles through the exit door.

And the set goes on.

DJ: Roi Perez (Ostgut)