retour à l'accueil

Un projet mené par Documents d'Artistes Bretagne & l'École Européenne Supérieure d'Art de Bretagne, Brest - Lorient - Quimper - Rennes.

Documentation
d'artistes diplômés de l'EESAB.
2009 - 2014

icon favori+ 0

Simon Augade

MÀJ 07-11-2017

filtres

  • thématiques
    • espace
    • société
    • contexte
    • territoire
    • communauté
    • paysage
    • appropriation
    • abstraction
    • corps
    • écologie
    • temps
  • médiums
    • sculpture
    • performance
    • installation
    • espace public
    • scénographie
    • dessin

Travers, 2016

Bois de charpente, bois de récupération, clous, vis, 2 x 2 x 12 mètres.

Création spécifique lors de la résidence en milieu scolaire au collège Mathurin Martin de Baud.

De travers
En travers
À travers
Au travers
Un travers
Une traverse

Travers...


Un élément incongru est venu habiter ce lieu... Sorte de pilier posé là, adossé aux passerelles des différents étages du bâtiment. Cette forme, apparaissant telle une intrusion dans cette architecture récente, vient s’y heurter tout en entrant en résonance avec elle. À la fois proche et opposé à elle, ce prisme évoque l’architecture qu’il investit ; Arêtes saillantes et angles le composent au même titre qu’ils composent le bâtiment. Cependant, cet axe transversal traverse le lieu par des accumulations de bribes, d’objets à l’usage et à la fonction mis au
rebut. Ainsi les opposés se répondent et se toisent.

Cet élément perturbateur viendrait-il enrayer notre quotidien, nos usages des lieux, notre manière de concevoir le bâti? Raccourci interdit, Travers, pesant au-dessus de nos têtes, amène une sorte d’avalanche de désordre, énergie dynamique retenue dans un mouvement
figé, contenu dans une direction.
Mais quelle direction? Les travers ne seraient-ils pas significatifs de mauvaises directions, déviants ou obliques, ni d’aplomb ou d’équerre. Cet intermédiaire penché, ce passage de travers(e) peut alors assembler, relier ou devenir obstacle selon de quel côté on se place...
Cette ambiguïté de sens que le mot «travers» peut dévoiler met en lumière la part sombre de la dualité que l’on peut entretenir avec notre rapport au monde. Ce biais serait une autre proposition de lecture de notre interprétation de l’espace questionnant alors l’ordre établi, le contour ou le détour... La déviation comme procédé d’exploration afin d’éviter le linéaire, l’unique, le droit... comme contraire à une norme.
Ces travers, nous obligent à changer d’angle, de point de vue... à faire l’effort
de se re-positionner.