retour à l'accueil

Un projet mené par Documents d'Artistes Bretagne & l'École Européenne Supérieure d'Art de Bretagne, Brest - Lorient - Quimper - Rennes.

Documentation
d'artistes diplômés de l'EESAB.
2009 - 2014

icon favori+ 0

Simon Augade

MÀJ 07-11-2017

filtres

  • thématiques
    • espace
    • société
    • contexte
    • territoire
    • communauté
    • paysage
    • appropriation
    • abstraction
    • corps
    • écologie
    • temps
  • médiums
    • sculpture
    • performance
    • installation
    • espace public
    • scénographie
    • dessin

Sans titre (Arreau), 2017

Bois de charpente, vis, 6 x 5,5 x 5,5 mètres. Dépôt de l'artiste - Collège Maréchal Foch - Arreau - Hautes-Pyrénées.

Cette oeuvre est le fruit de la résidence artistique  au collège Maréchal Foch à Arreau réalisée dans la cadre du projet Le Bois dans tous ses états, impulsé par l’association le Transfo C2 l’art.

------------------

Deux éléments distincts sont présents ici.
L’un massif, dense et organisé dans le même sens, compacté en un lourd et imposant prisme droit. L’autre, disparate, éclaté, d’une forme excentrique, partant en tous sens.
Ces deux entités ont pourtant une essence identique . Composés de multiples portions de bois, ils sont mêlés l’un à l’autre dans une sorte de mouvement commun.
L’un tient l’autre et l’autre pourrait être le tronc de l’un. Dans un rapport de maintien mutuel, un jeu de béquille et d’intrication se fait alors. Ils renferment la même potentialité ; seul un changement d’ état s’opère et les confronte dans une relation d’attraction-répulsion questionnant l’objet maintenu et ce qui le maintient. Le structurel et le déstructuré sont alors interdépendants, fondus dans cet aller-retour constant, figé en un temps T.
Le bois lui même change, le végétal mute par la calcination. Au centre de cet objet, pouvant
pourtant évoquer une certaine stabilité, la consumation gagne et c’est précisément en ce lieu qu’il est maintenu par cet éclatement énergique. Ce fatras anarchique vient alors ceinturer cette poutre géante, la positionnant dans une situation désaxée, en élévation, dans une direction dynamique propulsant un mouvement imaginé… La chute est-elle présente?
Ainsi l’équilibre et le chaos, la dualité et l’interdépendance sont interrogés par cette présence nous dépassant, où il faut, sans cesse, se repositionner à son égard pour s’en saisir tout en veillant à ne pas se heurter, à ses angles saillants.