retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2015

Rika Tanaka

MÀJ 04-04-2018

Regarder un papier se tordre sous l’action de l’humidité.

Relever les imperfections d’un mur. Voir un légume sécher,

se rétracter, changer de teinte et de forme...

C’est sur ces observations que repose mon travail. Les pièces que je réalise tentent de capter des phénomènes. Minéraux ou organiques, concrets ou impalpables, ces objets hétéroclites sont mon support de réflexion. Ce sont des éléments collectés sans intention prédéfinie et accumulés selon le hasard, de manière désintéressée. Qu’ils subissent ou non un processus de détérioration et de vieillissement, je dois les observer parfois longtemps avant de les intégrer à ma production. Il ne s’agit pas de les représenter mais plutôt d’en produire des équivalents. Bruts ou travaillés, ces éléments accompagnent et initient ma pratique.
Le temps est une donnée fondamentale. Depuis le reflet fugace dans un miroir jusqu’à la lente déshydratation d’un fruit, mon travail conjugue action du temps et maîtrise des gestes. La géométrie devient molle, le support s’altère, la transparence est troublée. Si ma pratique ne se limite à aucun médium en particulier, le vocabulaire formel est restreint à son minimum. La ligne et la grille sont les outils graphiques essentiels à partir desquels sont explorées la couleur et la matière. Les bandes tracées au pinceau évoquent autant l’aspect de l’ananas que le châssis d’une fenêtre. Entre objet et peinture, ces pièces tendent à rompre la frontière qui les sépare des objets que je récolte. Production et collection sont présentées ensemble, côte-à-côte. Toujours à la recherche d’un équilibre, leur rencontre oscille entre complémentarité et opposition.