retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB, 2013 - 2018

Quentin Yvelin

MÀJ 08-03-2021

 La source de mon travail prend source dans mon quotidien; expériences et rencontres.
Je parle d’une époque de ses doutes et de ses changements, d’une génération que je suis et photographie.
La photographie argentique me permet de jouer sur un rapport instable avec la réalité, entre poésie et altérité, onirisme et inquiétude.
J’évolue au rythme des humeurs et des pulsions qui m’amènent à remettre en question mon lien avec le’humain, avec ce qui m’entoure et me touche.



Constellations photographiques.

Inspiré par la nature et le mysticisme, Quentin Yvelin réalise des ensembles photographiques délicats, dans lesquels la magie se mêle à la beauté de l’imperfection.

Guidé par une certaine fascination pour le mystique, la nature et les savoirs cachés, il façonne des « constellations photographiques »à la poésie troublante.

Accordant une importance certaine à la création de l’image, l’artiste transforme ses clichés en œuvres palpables. Au cœur de ses clichés, le grain domine, et les imperfections cassent le noir du ciel. Elles apportent une lumière inattendue aux ténèbres dans lesquelles fleurissent ses créations. Une dimension brute qui lui convient parfaitement. « Elle rencontre le caractère brutal et sans filtre de certaines de mes photos. La nudité et la vulnérabilité des corps, l’isolement et l’ascétisme de mes personnages », précise-t-il.

C’est dans la nature que Quentin Yvelin trouve l’inspiration. Pour lui, le monde sauvage est un espace d’expérimentation sans limites. « Il est magique et initiatique. On y trouve une certaine ambivalence, à la fois dangereuse et rédemptrice que j’aime explorer », confie-t-il. Influencé par les auteurs de la Beat generation (un mouvement littéraire né dans les années 1950 aux États-Unis) – Gary Snyder, Alan Ginsberg ou encore Jack Kerouac – et par l’ésotérisme et le spirituel, le photographe tisse des liens entre le réel et les échos de philosophies lointaines.

Dans son univers, les corps – nus ou flous – se mêlent à la végétation et s’approprient une existence plus rustique, loin de toute modernité. Les étincelles des feux de camp éclairent les veillées nocturnes, et font des forêts des lieux mystiques, terres d’interrogations et d’initiations. Anonymes, les personnages capturés par l’artiste deviennent des symboles, des allégories que le regardeur est libre de s’approprier. « Carl Jung disait : “La clarté ne naît pas de ce qu’on imagine le clair, mais de ce qu’on prend conscience de l’obscur”», ajoute le photographe. Et, dans la plus noire des nuits, alors que les astres scintillent, sonne l’heure de l’exploration, et de l’introspection.

Lou Tsatsas, Fisheye Magazine.

https://www.fisheyemagazine.fr/decouvertes/images/constellations-photographiques/

La Hutte ( de cendres en poussières).

Comment représenter une expérience intérieure ? C’est à cette gageure que Quentin
Yvelin a consacré ses dernières séries de photographies. Il les a réalisées auprès
d’individus ou de groupes qui se mettent temporairement ou plus longuement en marge
de la société pour répondre à une quête spirituelle. Reconnexion avec la nature et
l’univers, ascèse et rituels, purification et introspection y contribuent. Yvelin pourrait
ainsi donner à voir les conditions de cette expérience intérieure. Mais, partie prenante, il
ne peut s’en remettre au systématisme et à la distance d’un regard par trop
documentaire. Au contraire, il joue d’une approche fragmentaire et de la matérialité des
images qu’il associe à des croquis ou des textes littéraires pour fictionnaliser ses récits.
La Hutte (de cendres en poussières) doit son titre à la construction précaire de bois
et de toile qui, chauffée par des pierres chaudes et chargées d’intentions, accueille des
cérémonies conduites par des chamans. Mais la série montre aussi les corps,
partiellement ou totalement dénudés, avant ou après les rituels, et l’omniprésence du
feu, des flammes ou des cendres. Pour la première fois, Yvelin inverse la valeur de
certaines images et présente des négatifs. Le procédé renvoie au basculement des
polarités auquel invitent les rites pratiqués. L’artiste affectionnant l’autoédition et son
impression offset ou, ici, risographique, pour déplier ses récits, la présentation de la
Hutte reprend les montages que constituent les doubles pages du livre.

Etienne Hatt pour Art Press.