retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2009 - 2015

Quentin Montagne

MÀJ 26-02-2018

  • Cône #1, 2011. Graphite sur papier, 42x29 cm.

  • Cône #2, 2011. Graphite sur papier, 42x29 cm.

  • Cône #3, 2011. Graphite sur papier, 42x29 cm.

  • Cône #4, 2011. Graphite sur papier, 42x29 cm.

  • Cône #5, 2011. Graphite sur papier, 42x29 cm.

Tiré de la nouvelle de H.G. Wells, le film The Time Machine (G. Pal, 1960), présente une vision post-apocalyptique de l’humanité. Suite à une catastrophe nucléaire, deux espèces distinctes se partagent la planète : la race dominante, anthropophage, les Morlocks, vit sous terre et se nourrit du peuple des Elois, de jeunes humains. À la 67e minute du film, une série de cônes métalliques sortent de la base d’un sphinx d’esthétique primitiviste, et diffusent, à la manière du Joueur de Flûte de Hamelin, un son qui hypnotise les habitants de la surface. Les Elois, dans un état second, sont emmenés dans les abysses pour y être dévorés.

En 2002, un remake de ce film est produit. Tandis que le son des cônes devient un appel télépathique, le sphinx de 1960 se transforme en un crâne aux facettes géométriques démultipliées.

Ces élements forment la base d’un travail développé en plusieurs temps, la transposition des cônes dans la réalité et l’utilisation, comme toile de fond, des images des sphinx.

Les cônes de G. Pal font directement écho aux expériences sonores du futuriste Luigi Russolo. Le travail consiste à s’inscrire dans l’histoire même de cette forme, à la réutiliser et lui donner un autre souffle.
Lors de la première présentation du projet (Sound Floor, Standards Expositions, janvier 2012), en collaboration avec le plasticien sonore Valentin Ferré, deux cônes en métal, diffusant chacun une fréquence différente, se répondaient dans un espace enfumé. Ces éléments ont par la suite fait l’objet d’expositions diverses, prenant parfois le statut d’archives ou étant utilisés lors de performances sonores. 

+voir Sound Floor