retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB, 2013 - 2018

Morgan Azaroff

MÀJ 08-02-2022

Performance captée par le Créa au musée des beaux arts de Rennes lors
de l’événement Tell me organisé par le FRAC bretagne le 16 octobre 2021. Photos : Benoit MAURAS.

Extraits de la vidéo diffusée pendant la performance.

Enseignements secrets pour changer son corps et accéder à la veille ultime, 2021

Performance 30min. Avec Camille Le Pennec.
Plantes, chaise à roulettes, cordes, structure en métal, écran, pigeons, bambou, divers objets.

Performance de 30min avec mon disciple ninja Camille Le Pennec. La performance commence par un portrait vidéo de 15min sur mon parcours et mon entrainement de ninja.
En plus d’être artiste, je suis assistant d’éducation dans un lycée à Rennes, je m’occupe de la vie scolaire le jour et de l’internat la nuit. C’est dans ce contexte réel et dans lequel je passe une grande partie de mon temps que se dessine une trame fictionnelle. Car oui, c’est dans ce contexte que je m’entraîne aux techniques japonaise du ninjutsu, l’art du ninja. Ce documentaire a pour but de me suivre dans mon quotidien de surveillant d’école où chaque geste et chaque mission de mon travail sont réalisés selon les principes du livre Shôninki - l’authentique manuel des ninja. Comment je développe mon corps et mon esprit dans un contexte qui a priori ne s’y prête pas ? Faire respecter le règlement, appeler les parents, distribuer des convocations, surveiller des couloirs et les dortoirs...etc Autant de missions à s’approprier pour s’exercer à l’art du ninja. Comment se développer dans un environnement dans lequel on est cantonné, mais qui nous tient par une paye les fins de mois ? Il y a des moments où le téléphone ne sonne pas, où il n’y a pas d’élèves dans les couloirs, où le travail est calme. Ce sont les moments où je peux m’instruire et m’entraîner. Je lis ou je regarde des tutos et profite de ces temps tranquilles pour m’exercer à des techniques. On
apprend aussi dans ce documentaire pourquoi je suis désormais lié aux pigeons par la découverte un jour de cages à pigeons sur le toit du lycée.
Dans la suite de la performance, Camille vient me chercher, m’installe sur ma chaise à roulettes et me tire à l’aide d’une corde d’un bout à l’autre de l’espace, délimité par une structure en métal. Je réalise des mudras et fini par me transformer en écran de veille.