retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2017

Maxime Voidy

En attendant les nuages est un projet réalisé dans le cadre de la mission photographique : un futur possible mis en place par le collectif Nouveau Document.

Lien vers la le web-documentaire : ici
Site du collectif : ici 

La montagne appelle la solitude et la contemplation, mais il semble de plus en plus difficile de se retrouver face à soi-même sur un territoire qui a basé son économie sur le tourisme de masse. La vallée du pays de Toy est devenue en un demi-siècle un haut lieu touristique des Pyrénées. Tout au long de l’année, les vacanciers se bousculent et se pressent pour dévaler les pistes à ski ou gravir les routes sinueuses à vélo.

 

Au début de l’automne, la vallée retrouve son calme. C’est précisément à cette période que j’ai décidé d’arpenter ces montagnes. Partagé entre un besoin de me retrouver seul face au paysage pour le comprendre et une certaine peur de la foule, je suis à la recherche de territoire désert, aussi éphémère soit-il. Ainsi, mon regard peut se concentrer sur ce qu’il reste lorsque les touristes sont rentrés chez eux.

 

Marqué tout au long de mes errances par la poésie de l’instant, je m’évade en imaginant ce que pouvait être le quotidien d’un autochtone au XXe siècle. Je suis cependant, sans cesse renvoyé au tourisme et aux modifications qu’il a provoquées dans le paysage. Une région modelée par l’homme et pour l’homme où la nature et le patrimoine sont

en péril. Il en résulte une activité pastorale en déclin qui a du mal à s’adapter, une nature de plus en plus domestiquée et une perte de conscience face aux enjeux environnementaux d’un tel territoire. Malgré les lois mises en place pour préserver ce qui fait toute la richesse de cette vallée, le changement a déjà eu lieu et il semble difficile de rattraper ce qui disparaît. Plus question de se perdre, tout est quadrillé et répertorié afin d’être mieux contrôlé.

 

L’activité touristique de masse compromet-elle l’avenir du territoire ? La transformation d’un paysage en gigantesque parc de loisirs à ciel ouvert peut-elle être envisagée comme du développement durable ? Une choses est sûre ; la prospérité de la vallée ne peut être assurée que par le maintien de sa capacité à attirer des touristes. Elle est complexe, dépend de multiples facteurs et doit aussi se définir par exemple, par la prise en compte et la préservation de son éco-système et de son patrimoine.

The mountains call for solitude and contemplation, but it seems increasingly difficult to find oneself in a territory that has based its economy on mass tourism. In half a century, the valley of the Pays de Toy has become a major tourist attraction in the Pyrenees. Throughout the year, holidaymakers jostle and hurry down the slopes on skis or up the winding roads on their bikes.

At the beginning of autumn, the valley regains its calm. It was precisely at that time that I decided to stride these mountains.Divided between a need to be alone in front of the landscape to understand it and a certain fear of crowds, I am in search of deserted territories, however ephemeral they may be.In this way, my gaze can focus on what is left when the tourists have returned home.

Marked throughout my wanderings by the poetry of the moment, my escape is in the imagination of what the daily life of a native in the 20th century could have been like. However, I cannot help but constantly seeing the marks of tourism and the changes it has brought in the landscape. A region shaped by and for man where nature and heritage are at risk. The result is a declining pastoral activity that has difficulty adapting, an increasingly domesticated nature and a loss of awareness of the environmental stakes of such a territory. In spite of the laws implemented to preserve what makes all the richness of this valley, change has already taken place and it seems difficult to retrieve what disappears. No more question of getting lost, everything is squared and indexed in order to be better controlled.

Does mass tourism activity compromises the future of the territory? Can the transformation of a landscape into a gigantic open-air leisure park be seen as sustainable development? One thing is certain; the prosperity of the valley can only be ensured by maintaining its ability to attract tourists. It is complex and depends on multiple factors. The maintenance of the prosperity must take into account and preserve the valley’s eco-system and heritage.