retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2017

Maxime Voidy

  • Logo du collectif

  • Tales of the mud, 2018, vidéo numérique, 4min34.

  • Un œil sur la berge, 3m x 1.5m x 1.5m, troncs bruts, planches, planches brûlées, 2019

  • Seuil, 2017, 200x200x200 cm, tasseaux, charnières, poulies, corde.

  • Lampe de chevet, 2018, 240x150 cm, lampadaire communal, socle béton, fer à béton, petit chardon en métal, ampoule 50W.

  • Shōji – la caverne, 700x400x300 cm, 2018, Tasseaux, draps blancs, vidéoprojecteurs, spots lumineux.

  • L'ombre d'un cycle, 2018, 60 cm de diamètre sur 300 cm de haut, pot de fleurs, béton, terre, ampoule 150W, tasseau, objets divers, ombrelle en bois et en tissus blancs.

  • Vingt centimètres sous la berge, Installation immersive, 2017, 240x200x150 cm, hutte tressée en noisetier, aquascope en bois, miroir et liner noir, maquette d'architecture en bois de cagette, petits poissons.

  • De l'autre côté de la berge, 2018, 120 cm de diamètre par 120 cm de haut, palette, cagette, canisse, jerricans.

En 2017, Guillaume Le Borgne, Sylvain Lorain et Maxime Voidy fondent le Collectif Infuz. Basés sur Rennes, ils présentent des travaux individuels et des réalisations collectives.

Dans une approche bricolée du volume, Guillaume évoque des souvenirs liés à son territoire natal en s’intéressant aux traces laissées par ses déplacements. Sylvain travaille également la sculpture en adoptant un point de vue plus narratif. Il créé des machines en matériaux de récupérations dont le mouvement retranscrit des moments poétiques et curieux. Maxime, quant à lui, associe volume et mouvement dans sa pratique photographique. Lors de ses déplacements dans le paysage, qu’ils soit urbain ou rural, il rencontre des architectures et les collectionne en tant que formes sculpturales.

Ensemble, ils créent des installations souvent immersives. Avec des matériaux simples, ils proposent des ambiances intimistes et des images poétiques inspirées du quotidien. Les différents paysages arpentés au cours de leurs projets les a amenés à observer et travailler les contrastes entre naturel et urbain. L’incitation au déplacement, à l’interaction, leur permet d’impliquer le spectateur en l’invitant à développer son propre imaginaire. La création d’images en mouvement, d’objets narratifs et de jeux de lumière ont également dirigé le collectif vers l’utilisation de la vidéo.

Site internet : https://collectifinfuz.wixsite.com/infuz

Facebook : https://www.facebook.com/Infuz/