retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB, 2013 - 2018

Marieke Rozé

Carothèque, 2021

Sculpture, carottes de plâtre et peignes en bois, 70 x 75 x 110 cm, Ex-Cercle Naval, Brest.
Co-réalisé avec Vincent Lorgeré.

Cartographie, 2021

Sculpture, argile blanche, spots lumineux bleu et rouge, Ø 200 cm

Etalon, 2021

Sculpture, cire paraffine, coquillages concassés, plâtre, pigment ocre, 18 x 45 x 18 cm.
Coréalisé avec Vincent Lorgeré.

Etalon, 2022

Passage de la sculpture "l'étalon" au rayon X dans le scanner du laboratoire d'analyse médicale de l'hôpital Morvan à Brest.
En collaboration avec Mathieu Pavoine, physicien médical.

Radiographies, 2022

Images réalisées avec le logiciel Syngovia, impressions noir et blanc, 59 x 24 cm.
En collaboration avec Vincent Lorgeré et Mathieu Pavoine.



Le projet "Coring", mené en duo avec Vincent Lorgeré, présente un ensemble de sculptures qui empruntent les formes de différents objets du laboratoire et de la méthodologie scientifique. L’idée est d’opérer le chemin inverse de celui des géologues sédimentologistes marins : créer une carotte sédimentaire de toute pièce, l’analyser à l’aide de l’imagerie par rayon X, puis enfouir notre création. 

Ces travaux sont réalisés dans le cadre de la résidence avec l'association Espace d'Apparence et sont marqués par des échanges significatifs avec les géologues sédimentologistes marins Axel Ehrhold et Bernard Dennielou de l’IFREMER, ainsi qu'avec le physicien médical Mathieu Pavoine de l'hôpital Morvan. 

  

 IFREMER, Juillet 2021

« On pourrait essayer de le mettre dans la machine ? »

Lors de notre visite à l'IFREMER le 9 et le 10 juin 2021, les ingénieur.e.s en sédimentologie marine nous proposent cette idée quand ils voient le prototype de sculpture que nous avons amené à l'institut. Nous sommes surpris de cette suggestion. Nous n'aurions pas imaginé que l'on pourrait introduire autre chose que des prélèvements de sédiments dans leur appareil. Les scientifiques nous apprennent qu'avant l'analyse de ces sédiments, une machine qui fait des mesures a besoin de se calibrer en se basant sur un objet test en métal, nommé «étalons» par les scientifiques. Ils nous montrent alors des objets curieux. On pourrait comparer leur forme à de petites tours de Babel, comme la grande mosquée de Samara. Seulement, ici on remarque que les différents étages cylindriques aux diamètres de plus en plus fins en partant de la base, organisés de manière pyramidale, sont très nettement délimités tout le long de la « tour ». Nous ne nous rappelons pas de l'alliage exact de cet "objet test", mais cette idée de concevoir une sculpture faite pour être analysée nous saisit.

 Par la suite, nous nous posons alors plusieurs questions : Comment va-t-on présenter cette pièce ? De quoi sera-t-elle faite ? Y aura t-il un message caché à l'intérieur ? Nous évoquons alors l'idée de la capsule temporelle. Il s'agit de créer une pièce qui aurait pour but de contenir un message (/ou autre) destiné aux générations futures. Dans notre cas, il s'agirait d'une carotte de vase qui abriterait un contenu texte (/ou non) analysable seulement par la machine. Cette pièce, une fois scannée, sera transportée au frais dans une glacière puis réintroduite dans les fond marins.

 Notre objet test est composé des mêmes matériaux qui seront introduits dans la future carotte de vase. L'observation des valeurs produites par les différents matériaux nous permettra, par la suite, de créer le contenu de notre carotte. Cette première sculpture, "l'étalon", est composé de coquillages concassés (huîtres, Saint-Jacques, ormeaux,...) piégés dans de la cire, matériau assez dense, afin de voir ce qui apparaît le mieux au Ray X.