retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2015

Marie Raffeneau

Stimuler, intriguer, avec suavité, émotion et sensualité. 

Evoquer une beauté étrange pour attirer et déconcerter le regard tout en le privant de ses repères spatio-temporels. 

Et pour cause, l’objet (et la parure tout particulièrement) est d’une insidieuse puissance tant il est révélateur. Il colonise nos vies et devient le support privilégié des rituels initiatiques et quotidiens. Il transforme notre apparence, constituant alors la majeure partie de nos identités. Plus qu'une partie du décor, il s'accapare un des rôles principaux.

La parure constitue alors une arme mentale, combative et protectrice, dont la manipulation s’exécute en accord avec les règles du jeu en vigueur. Elle est héritage et découverte constante. Flux incessant entre souvenirs et ce que l’on a sous les yeux, c’est cette superposition mouvante que je fige lors de mes prises ce vue. 

J’utilise des matériaux anodins et pauvres qui, une fois assemblés et portés, se nourrissent de sens et d’histoires. Le costume et la parure se métamorphosent en une entité autre, étrange et déroutante.

Mes photographies agissent comme des réceptacles qui supportent, capturent et transmettent ces modulations liées à la représentation de soi.

Je me demande alors, comment chacun se fabrique-t-il une peau qu'il peut affirmer comme étant uniquement la sienne.

When I’m capturing my images, I always have the sensation of a sacredness impregnating the everyday life’s scenes before my eyes.

Freezing those moments in time allow me to look at how we are projecting ourselves into the world around us. Some other times, I’m using the representation of my own body as a support of my human growing fears and self construction.

The skin is then used as a reflector and the ornaments as protective or stifling materials.