retour à l'accueil

Un projet mené par Documents d'Artistes Bretagne & l'École Européenne Supérieure d'Art de Bretagne, Brest - Lorient - Quimper - Rennes.

Documentation
d'artistes diplômés de l'EESAB.
2009 - 2014

icon favori+ 0

Maël Le Golvan

filtres

  • thématiques
    • espace
    • langage
    • paysage
    • représentation
    • temps
    • médias
    • contexte
    • appropriation
  • médiums
    • installation
    • musique, son
    • photographie
    • sculpture
    • film, vidéo
    • performance

Le système mis en oeuvre dans l’ensemble de la pratique artistique de Mael Le Golvan est basé sur la mise en place d’oppositions. Au travers de photographies, d’installations et de vidéos, il vient contredire le réel. Il semble se placer dans une posture de libre lecture / réécriture des éléments et signes de notre réalité, qu’elle soit naturelle, technique, sociale ou culturelle sans distinction, mais sa réécriture comme pour mieux activer la pensée va toujours à contresens. Les contradictions au sein de ses oeuvres ont pour effet de produire des dynamiques créatrices de pensées et de formes esthétisées.

Les oppositions prennent des formes variées, allant de la transformation du jour en nuit dans Paysages hyperboréens, à la personnification d’objets, tels que des flashs photographiques dans Dialogues ou une visionneuse diapositive dans Polyphème. Dans cette dernière, on peut également relever le mélange anachronique entre mythologie, code Morse et tweet.

Par ailleurs, il faut préciser l’opposition entre apparence et réalité des oeuvres, ainsi les éléments qui semblent les plus naturels relèvent en fait d’une réalisation technique, a contrario les éléments mécaniques ou utilitaires sont poétisés. Le caractère contrariant prend aussi pour cible le spectateur qui est simultanément face à une sorte de spectacle intriguant et dérangé par la puissance lumineuse dans Dialogues ou par la cacophonie d’Ilex melofolium par exemple.

La posture qui relie toutes ses productions oscille entre une forme de jeu enfantin, une naïveté feinte, et des retournements ironiques plaçant le spectateur entre sourire, doute et mélancolie.