retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2017

Laurette Le Gall

MÀJ 19-11-2018

Wir sind drinnen… sie sind draussen… wir kommen von draussen… sie kommen von drinnen (Nous somme à l'intérieur…ils sont à l'extérieur, nous venons de l'extérieur… ils viennent de l'intérieur), 2018

Installation sonore
(tubes céramique - dispositif sonore)

  • Wir sind drinnen... sie sind draussen... wir kommen von draussen.... sie kommen von drinnen, 2018 - Installation sonore (tubes céramique - dispositif sonore)

  • Wir sind drinnen... sie sind draussen... wir kommen von draussen.... sie kommen von drinnen, 2018 - Installation sonore (tubes céramique - dispositif sonore)

  • Wir sind drinnen... sie sind draussen... wir kommen von draussen.... sie kommen von drinnen, 2018 - Installation sonore (tubes céramique - dispositif sonore)

  • Wir sind drinnen... sie sind draussen... wir kommen von draussen.... sie kommen von drinnen, 2018 - Installation sonore (tubes céramique - dispositif sonore)

Dans l’installation « Wir sind drinnen… sie sind draussen… wir kommen von draussen… sie kommen von drinnen » (Nous somme à l’intérieur…ils sont à l’extérieur, nous venons de l’extérieur… ils viennent de l’intérieur) 8 personnes semblent se trouver dans un même lieu. Leurs voix nous arrivent du dessous, elles résonnent dans des tubes de canalisation d’eau.
Les personnages se demandent où ils sont. Ils viennent d’ailleurs. Ils se demandent ce qu’ils font là, si ils vont rester, partir… Ils s’interrogent, ils tournent autour, ils se répètent, ils recommencent.  Ils parlent ensemble mais surtout se parlent à eux-même. Est-ce qu’on est obligé d’aller quelque part?
A force de chercher le jour, ils finissent dans le noir.
L’écriture de cette « pièce » est partie d’un constat sur ma propre situation: là où je vis, je viens d’ailleurs. Cet état d’entre-deux a fait émerger des réflexions qui ont tissées le fil de la narration de ce huis-clos à plusieurs vois.
Dans un style proche de l’absurde, cette fiction non-linéaire se demande comment les frontières physiques traversées révèlent des frontières intérieures implicites.

La pièce sonore a été joué en allemand mais le texte est disponible à la lecture en français sur demande. 

Remerciement aux acteurs pour les voix:
Alexander Blühm  Jonathan Falk Nele Harwardt,  Maksim Mladzinau, Kay Liemann, Leni Pohl, Fransiska Paetzold et Veronika Wokum

Remerciement pour l’aide à la traduction: Laure Le Cloarec et Johanna Maxl

In the sound installation Wir sind innen... sie sind außen ... wir kommen von draußen... sie kommen von driven (We are inside... they are outside ... we come from outside ... they come from inside) eight people seem to be in the same room together.
Voices emanate from pipes... They all come from somewhere else and ask each other about this transitional situation: will they stay, or will they leave; what are they doing here? Searching daylight, they end up in the dark. They ask questions, they beat about the bush, they repeat themselves and start all over again ... They talk to each other and above all to themselves. With a rather direct style, the narration develops itself from fragments of dialogues, personal reflections and memories.
The writing of this "play" started from an observation on my own situation: where I live, I come from elsewhere. This in-between state has brought out reflections that created the narration of this closed-door fragmented story for several voices .
In a rather absurd style, this non-linear fiction questions how the crossing of physical borders reveal implicit internal boundaries.

Thanks to the actors for their voices:
Alexander Blühm  Jonathan Falk Nele Harwardt,  Maksim Mladzinau, Kay Liemann, Leni Pohl, Fransiska Paetzold et Veronika Wokum

Thanks for helping with the translation in german (the original text was written in french):
Laure Le Cloarec et Johanna Maxl

 

Extraits sonores