retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2015

Julie Le Toquin

« Mais au fait qui est Julie le Toquin ? Issue des Beaux-arts de Lorient, artiste performeuse, elle mélange différents médiums et disciplines : photographie, théâtre, chant, danse, installations, écriture, vidéo, création textile.

Les thèmes de prédilection de Julie Le Toquin concernent tout ce qui a trait au souvenir, à la transmission, à la mémoire collective et individuelle. Dans une époque où la mémoire est si volatile, un évènement en chassant un autre, son travail est plein de sens et nous incite à nous souvenir, à ne pas oublier, à s’inspirer et à comprendre notre passé pour comprendre notre présent.

Récolter, semer, dire, écouter, partager, questionner. Les oeuvres de Julie Le Toquin relèvent autant du domaine de la conservation que de la communication. Quand elle parle d’elle, elle parle de nous. Sa démarche est semblable à celle de Marcel Proust mais rejoint aussi de celle de Montaigne : parler de soi pour parler des autres, parler de soi pour parler aux autres, trouver l’universalité dans chacun. Un projet résolument humaniste : remettre l’humain au centre.

Cet archivage au pluriel dépasse de loin sa propre histoire personnelle. Autre originalité de cette artiste : elle est à cheval, comme elle le dit elle-même, entre les Arts Plastiques et les Arts du spectacle même si ce qu’elle préfère c’est quand même la performance. »

Texte de Nathalie Morgado



« Julie Le Toquin est une archiviste de mémoire personnelle ambulante de mémoires personnelles. Cette nécessité d’inventer des modes de conservation et de transmission de souvenir s’est faite urgente à l’adolescence, lorsque l’artiste orpheline de père et de mère réalisa qu’elle était la seule dépositaire de son histoire familiale. Dès lors, elle met en place des systèmes d’auto-archivage avant d’entamer une vaste entreprise itinérante de partage de mémoire. Cette quête du souvenir est restituée au cours de performances qui associent déclamation, théâtre ou musique. »

Texte de Julie Portier

"Mon travail artistique est indissociable de ma vie. Mes parents sont décédés quand j’étais enfant. Je suis donc la seule garante de ma mémoire. Afin de ne pas oublier mes souvenirs je les archive, car personne n’est pas pour me les rappeler si je les oublis. Je tente depuis mes 9 ans de créer différents protocoles d’auto archivage : journal intime, boites à souvenirs conservant des documents en tous genres, transmission orale, don de mes archives aux Archives Municipales de Lorient, ville dont je suis originaire, etc.

Je tente par mon travail d’interroger notre rapport aux souvenirs, à ce que l’on garde d’un moment vécu, consciemment ou inconsciemment, matériellement ou non. Je tisse des liens entre la mémoire individuelle et la mémoire collective, cherchant à savoir quelles places accordons nous aujourd’hui à la transmission orale, à l’écriture, à la petite comme à la grande Histoire, et en quoi cela forme un reflet de notre rapport à l’autre, dans une société de plus en plus numérique et dématérialisée. "

Julie Le Toquin