retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB, 2013 - 2018

Julie Le Toquin

MÀJ 27-01-2022

La terre est la même que dans les tranchées, 2021

pot de fleur, terre, doigts en plastiques, bois gravé

En 2021, un homme me contact via les réseaux sociaux. Je ne le connais pas mais nous avons le même nom de famille. En échangeant nous constatons que nos ancêtres ont vécus à quelques kilomètres les uns des autres sur plusieurs générations. Nous partageons tous les deux les mêmes passions : la mémoire, l’archivage, la transmission.
Il me raconte que son père avait trouvé en 1967 dans une déchetterie, un carnet de poilu, tenu chaque jour par Elie Lefebvre, de 1914 à 1918. Ce carnet absolument unique a été victime ou bénéficiaire d’un traitement très particulier de la part de son créateur : il a été retouché après coup. Elie a eu une sorte de complexe du survivant. Le carnet est raturé, rayant les différentes phrases « belle journée », afin d’effacer la mémoire et surtout la douleur liée à la mort de son frère Paul.
Je travaille actuellement sur ce carnet. Il donne lieu à différentes productions explorées par des médiums variés.
Dans son carnet il raconte qu’il a gravé ses initiales dans une cloche en visitant une église. J’ai à mon tour gravé ses initiales sur un fragment de meuble ayant appartenu à mon arrière grand-père, né à la même époque qu’Elie, dans les années 1880. J’ai positionné ce bout de bois dans un grand pot de fleurs, sur de la terre, de laquelle sort des faux doigts évoquant les corps ensevelis, toujours enterrés du côté de Verdun, du chemin des dames et dans tellement d’autres lieux, aujourd’hui encore. Au printemps, je planterais des fleurs dans ce pot: la vie continue et la nature aussi. La terre que nous utilisons pour planter nos fleurs, notre potager est symboliquement la même que celle des tranchées.
Par ce projet nous créons des liens, l'homme de ma famille et moi-même. Nous apprenons à nous connâitre tout en cherchant les traces d'Elie, son histoire, ce qu'il a pu laisser derrière lui. Ce carnet donne lieu à une série d'oeuvres où je tente de recréer un lien entre ce poilu et notre histoire personnelle.