retour à l'accueil

Un projet mené par Documents d'Artistes Bretagne & l'École Européenne Supérieure d'Art de Bretagne, Brest - Lorient - Quimper - Rennes.

Documentation
d'artistes diplômés de l'EESAB.
2009 - 2014

icon favori+ 0

Julie Bonnaud & Fabien Leplae

MÀJ 06-06-2016

filtres

  • thématiques
    • appropriation
    • archive
    • langage
    • paysage
    • récit
    • représentation
  • médiums
    • dessin
    • peinture
    • art numérique
    • édition, impression
    • installation
    • design graphique

Booky-Wookies#4, 2015

photomontage, dimensions variables

JB - Le projet Booky-Wookies va consister en une série de dessins de notre bibliothèque-laboratoire, à échelle 1, à quatre mains, un ordinateur et deux Draw’Bots’, ou Machines à dessiner. Les dimensions de la structure sont de 250 cm de haut par 280 cm de large.

FL - Oui, il faut rappeler ici que la micro-édition tient une place centrale dans notre démarche de travail. Nous créons des livres d’artistes, ce qui nous amène à en collecter et à les exposer dans notre espace de vie; une activité constante de collection, de confrontation et d’assemblage.

JB - Cette collection s’est rapidement dressée en «bibliothèque» protéiforme sur une structure en bois, une grille sur laquelle sont placés les livres, ouverts ou fermés.

FL - Nous considérons le principe même de cette «bibliothèque» comme la somme de lignes clairement définies entre différentes approches vis à vis du livre en général. La structure est construite et utilisée comme un espace à identités multiples:

JB - Espace de consultation, de lecture et de réflexion.
-Espace d’exposition: collection, confrontations et associations de livres.
-Espace de création. Lors de leur manipulation et assemblage sur la structure, les livres sont pris comme autant d’éléments plastiques et sémantiques pour créer des lignes de lectures imprévues, aussi bien esthétiques que conceptuelles ou historiques.
-Espace de rangement et d’archivage.

FL - Cette ronde permanente  a suscité l’envie de fixer ces va-et-vient en une série de dessins/peintures à échelle 1.

JB - C’est à partir de ce moment que nous avons envisagé ce dispositif, cet outil, comme un véritable sujet. La démarche esthétique et la construction de l’image sont déterminées par cette accumulation d’actes de citations, d’interprétations et de composition.

FL - Les objets, ainsi que les livres et les images qu’il renferment, sont autant de supports pour l’imagination, l’étude et la réflexion, autant de sujets à insérer dans un travail de représentation.

JB - Il s’agit aussi d’établir un organigramme pictural d’artistes référents comme de démarches artistiques, et la détermination de notre propre approche par le biais des conversations que nous établissons entres ces œuvres et postures.

FL - C’est d’ailleurs par ce biais que nous nous sommes rendus compte que nous abordions le thème de l’autoportrait, nous donnons la parole aux livres pour parler à travers eux.

JB - Au travers de ces discussions, nous composons des séries de natures mortes qui peuvent être interprétées comme autant d’autoportraits.

FL - A propos des techniques et des étapes du processus de création, les prises de vues et les photomontages jouent le rôle de filtres, d’étapes, pour passer du stade du réel et du volume, à celui de la représentation, du dessin.

JB - C’est à ce stade qu’intervient l’outil qu’est la machine à dessiner, c’est un procédé de création et de duplication, à l’instar de la sérigraphie ou de la gravure.

FL - Il s’en différencie toutefois par sa nouveauté, étant issu des Fab Lab, et appartient davantage au champ des arts numériques, son usage requérant ordinateur et logiciels de dessin.

JB - Le résultat en contrepartie n’a rien de numérique ou de digital, il s’agit de dessin pur et simple, à ceci près qu’il est reproductible.

FL - Ces aspects techniques introduisent la part transdisciplinaire de notre démarche; la Draw’Bot’ est devenue un outil charnière dans notre processus de travail car elle permet d’établir des ponts entre les arts numériques et le dessin traditionnel et contemporain.

JB - L’usage de cet outil permet également de rendre floue et perméable la notion de frontière entre dessin original réalisé à la main et production mécanique, de même que nous pouvons investir aussi bien le champ du multiple que celui de l’œuvre originale.

FL - Pour ce projet à quatre mains, ce sont surtout les notions du dessin à échelle 1 et unique qui nous motivent, étant donné que nous travaillerons par superpositions de phases machines et de phases de dessin manuel.

Booky-Wookies#1, 2014

photomontage, dimensions variables