retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2017

Jérémy Boulc'h

Exposition Start Up, Les Abords, Brest, 2017
Crédit photo : Lecrosnier Ronan

Totem, 2017

Médium, peinture, faux rocher, chaises et table, chargeurs et autres éléments électroniques, moteur,
dimensions variables

Pour cette installation, je me suis plu à théoriser une intuition qui est née de l’idée selon laquelle l’homme moderne serait insatisfait des formes designées de ses machines du quotidiens (four micro-ondes, télévisions, voitures, couteaux-électrique, ordinateurs portables) en tant qu’idoles rassurantes.

Une intuition évidemment emprunte des théories de rapprochements de l’homme dît primitif et de l’homme actuel de nos sociétés modernisées, émises notamment par l’ethnologue Claude Levi Strauss parmi d’autres, et avant lui l’iconologue Aby Warburg. Théories défendants l’idée que les peuples dît primitifs ne vivraient pas un retard ou une stagnation dans un état d’évolution passé mais que leur technique, à défaut de s’illustrer par des raisonnements aboutissants à des machines à vapeurs, ou électriques, seraient celle de la pensée. Et alors que certains continuent de parler de ce « carrefour de l’évolution humaine», qu’elles (les sociétés primitives) n’auraient pas su emprunter, le département des sciences naturelles saura établir et démontrer la continuité formelle existante entre eux et nous quand il s’agit de raisonner par « rapprochements-séparations » dans les associations que nous faisons au quotidiens et qui se concluent en la toute confiance de la machine de notre côté et du totem, par exemple, du leur.

Ma théorie serait que l’humain se cachant derrière ce statut de designer pourrait lui aussi être atteint par ce « retour du refoulé, visible dans les domaines de l’art, de la science et de la tech- nique sous les formes les plus mystérieuses de la télépathie » comme le dit Derrida. Et que, lui aussi, par sa liberté de création, pourrait tenter consciemment ou non d’y répondre, cela par l’élaboration de formes, textures, couleurs, gestuelles, « un couplage tumultueux du positivisme et de l’ésotérisme qui semble d’autant plus névrotique que l’un semble avoir nécessairement besoin de l’autre tout en prétendant à l’indépendance » nous dit Walter Benjamin. Auto-investit de la tâche du designer, je propose ici dans ce salon un prototype devant contenter ce retour du refoulé. Frank Capra racontera dans un journal américain que l’acteur Jimmy Durante, après chaque représentation théâtrale réussie avait pris l’habitude de courir jusqu’à la cabine téléphonique la plus proche, d’y introduire une pièce de monnaie, de composer sur le cadran les lettres D.I.E.U. , de dire « merci » et de raccrocher. L’acteur confirmera par ce geste rituel le devoir de réunion de la sphère «technologie» avec la sphère « pensée », ce liens préexistant, par un design adapté comblant ce besoin.