retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2017

Jérémy Boulc'h

Vues du DNSEP, EESAB, Brest, 2016 Photos : Ollier Nicolas 

Flyers promotionnel distribués à l’exposition Start Up, Les Abords, Brest, 2017

Exposition Start Up, Les Abords, Brest, 2017
Crédit photo : Lecrosnier Ronan

Missing Piece Project, 2016

Médium 0,7cm, peinture verte d'incrustation, moquette de chantier, objets reproduits réalisés à l'impression 3D, tablette Ipad,
dimensions variables

Expérience faite dans un espace que je déploie, et dans lequel je me place entant que promoteur de formes réalisées à l’imprimante 3D. Ces formes, aussi proposées sous blister prête à l’achat, sont des reproductions modélisées d’artefacts issues d’époques et de sites différents mais ayants pour point commun que leur signification, leur raison d’être nous est aujourd’hui inconnue. Le projet s’active dès lors que ces objets sont présentés à la manipulation et à la vente à ses « visiteurs-clients » puisqu’il s’agit ici d’un concept-store. A égale- ment été crée un site internet où l’adresse, apparaissant au dos du packaging, renvoie son nouvel acquéreur vers ce qui semble n’être qu’une proposition d’évaluation de l’objet. En réalité, ces informations récoltées peuvent, si les acheteurs ont été suffisamment bavard, me permettre par la suite de comprendre comment ces objets, remis au goût du jour par la matière plastique ainsi que par leur texture d’objets imprimés, ont su retrouver une/leur place dans le quotidien de ces personnes. L’action est donc destinée à être répétée, et le nombre d’artefacts à croître, cela en s’adaptant chaque fois aux nouveaux contextes d’exhibitions, a n que le site internet s’enrichisse de commentaires et que ces objets pratique- ment disparus, puis réapparitions fantomatiques, poursuivent leur existence.


Prenant bien-sur le soin de ne pas informer l’acheteur potentiel sur l’histoire de ces objets et sur mon intention, l’intérêt étant plus ici de prolonger l’histoire de ces formes, en imaginant que depuis l’arrêt de leur production un manque serait vécu par l’Homme. Là est bel et bien la dimension absurde mais poétiquement ironique de ce travail qui aime à voire une « demande » et qui y répond par une « offre » tendant à se développer de plus en plus!