retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB, 2013 - 2018

Fanny Gicquel

MÀJ 23-08-2022

FR-Présentation

J’élabore des environnements à l’intérieur desquels j’expérimente la présence du vivant et plus précisément du corps dans l’espace et le temps de l’exposition. Mes projets sculpturaux portent en eux un scénario d’activation, voir d’habitation tout en conservant leur autonomie plastique.
À travers la lenteur et l’immobilité, mes performances invitent au ralentissement et à la contemplation jusqu’à créer des images proches du tableau vivant, produisant une atmosphère particulière, poétique, tendue, parfois abstraite et incertaine. En travaillant avec le temps et l’espace comme une matière que les corps viennent sculpter, j’essaye de créer une nouvelle syntaxe qui interrogent nos modes de relation, de communication et notre promiscuité contemporaine.
Différentes modalités d’apparitions me permettent de créer des situations qui interrogent et révèlent une porosité,une ambiguïté entre l’intime et l’impersonnel, l’intériorité et l’extériorité, la réalité et le rêve, la douceur et la violence, la retenue et la libération. Le geste pensé comme un prolongement sculptural est un moyen d’échapper à une forme définitive de monstration des œuvres. Dans ce potentiel de transformation, l’œuvre existe en deux temps, permettant alors d’explorer le rapport entre l’animé et l’inanimé, l’espace-temps pendant et après l’action.
«Les gestes, les mimiques, les postures, les déplacements expriment des émotions, accomplissent des actes, soulignent un propos ou le nuance, ils manifestent en permanence du sens pour soi et pour les autres.»1. C’est à travers ces mots que j’entrevois une pratique chorégraphique, comme une tentative de résonance qui se déploie par des moyens de communications non-verbaux et des systèmes d’interactions entre le corps et l’objet. Les formes performatives développées prennent l’aspect de miniatures-chorégraphique et d’activation d’objets précises tandis que leur intrication les unes par rapports aux autres se veut fluide, souvent improvisée et en constante négociation avec l’espace. Écriture chorégraphique et improvisation s'interpénètrent constamment et constituent une énergie centrale de mon travail.

1 David Le Breton, les passions ordinaires

 

 

ENG-Statement

I create environments within which I experience the presence of living things and more specifically the body in the space and time of the exhibition. My sculptural projects carry within them an activation scenario,almost dwelling while maintaining their plastic autonomy.
Through slowness and stillness, my performances invite slowing down and contemplation until they create images close to the living tableau, producing a particular atmosphere, poetic, tense, sometimes abstract and uncertain. By working with time and space like a material that bodies come to sculpt, I try to create a new syntax that questions our modes of relationship, communication and our contemporary promiscuity. Different modalities of appearances allow me to create situations that question and reveal a porosity, an ambiguity between the intimate and the impersonal, interiority and exteriority, reality and dreams, gentleness and violence, restraint and release. The gesture thought of as a sculptural extension is a means of escaping from a definitive form of showing the works. In this potential for transformation, the work exists in two stages, allowing us to explore the relationship between the animate and the inanimate, the space-time during and after the action. "Gestures, facial expressions, postures, movements express emotions, perform actions, underline a point or nuance, they constantly manifest meaning for oneself and for others." 1. It is through these words that I envision a choreographic practice, as an attempt at resonance that unfolds through non-verbal means of communication and systems of interactions between body and object. The performative forms developed take on the aspect of choreographic miniatures and the activation of precise objects while their entanglement with one another is intended to be fluid, often improvised and in constant negotiation with space. Choreographic writing and improvisation constantly interpenetrate and constitute a central energy of my work.

1 David Le Breton, ordinary passions.