retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2017

Constance Hinfray

  • Participation au Festival Setu 2017 <3 “English gardens #4” conversation (sujets abordés: les nonnes en Blablacar, les grand-mères ayant connu la guerre et l'engagement politique)

  • Participation au festival Setu 2017 <3 English gardens #5 lecture et conversation (sujets abordés: la paresse (la découvrir et l'apprivoiser), la vision des myopes sans lunettes et comment les grand-pères dans les étoiles s'y prennent-ils pour envoyer de

  • " The fool ", extrait du projet de diplôme " The particules, they rise, shake and crash. ", 2017. La figure du fou renvoie à une position de non-autorité, mais aussi à la carte du fou dans le tarot, qui permets de tout ré-inventer ou tout perdre.

  • " The fool ", 2

  • Constance à re-créer un jardin dans un squat culturel à Amsterdam, le "Krux". Une pratique quotidienne de ramasser les canettes de bière, nettoyer l'espace et apporter de la terre et des plantes.

  • Une grande cage ouverte à été créée pour les rats du squat. Elle comprends une roue, des nids, et a pour but d'être un espace à l'extérieur où apporter les restes de nourriture.

IWDWDDAS – Ich will die Welt durch deinen Augen sehen, est un projet au long cours qui parle de cycles, de notre incapacité à contrôler les rythmes naturels structurant notre vie sur terre et de l’échange silencieux que l’on entretient avec notre environnement et notre histoire personnelle. Un peu comme une volonté de souligner l’influence invisible de la lune sur les marées, le projet invite les participants à réfléchir aux facteurs souterrains de leur vies qui provoqueraient des réactions inconscientes en surface. Le projet est composé de discussions collectives organisées par Constance. Ces discussions suivent une méthodologie inspirée de la nécessité de la différence dans la biodiversité. C’est-à-dire que les histoires contraires, divergentes, sont les bienvenues et forment une composition globale.


IWDWDDAS est inspiré de l’histoire entre Constance et son grand-père maternel, un ingénieur botaniste allemand, avait qui elle avait l’habitude d’observer le jardin et passer du temps à ne rien faire dans des cafés de Salzburg. Un homme qui continue d’inspirer sa famille longtemps après sa mort pour sa poésie et son rapport merveilleux au monde et à la nature.

" On peut en murmurant des mots magiques faire remonter rapides les fleuves vers leurs source, enchaîner inerte la mer, endormir le souffle des vents, arrêter le soleil, attirer la rosée lunaire, décrocher les étoiles, supprimer le jour, suspendre le cours de la nuit. "
Apulée, Métamorphoses , livres I, 3. IIe siècle

The project is based on a utopical approach, inspired by the horizontal and cyclical structure of an ecosystem.
I organize collective conversations and as a gardener in her garden, I'm trying to create a frame and make everyone participate, respecting all the different voices, in order to make them work together.
The goal is to collectively discuss about contemporary social questions, such as education, politics but also rapidity, social medias, friendships and feelings.

It's inspired by the Rhizome theory ( G. Deleuze and F. Guattari, 1976 ) and the achitecture of the creation of internet ( Arpanet, 1970 ), as all the participants are considered as equal and the structure of the conversation has to stay as horizontal and fluid as possible in order to create a global structure and direction. 

The project is an application of a methodology elaborated in the thesis, tutored in 2017. " English gardens, a methodology through bushy, crypted staging. ".

The general way to read this thesis is inspired by the sense of english gardens. The artificial filter inviting to praise of laziness and contemplation of nature. Though english gardens evoke a very romantic vision of the relation between nature and humans, it is a symptom of humanity desire on the vegetation. It is considered by gardeners as the quintessence of floral art as english gardens engages the total participation and engagement of the gardener. It’s a constant collaboration, observation and manipulation between the gardener and the garden.