retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2016

Clémence Estève

MÀJ 24-04-2019

Comme un retard avec Nikolay, 2019

Left-wing Eurasianism-Living in the name of the
common, Atelier Pernod Ricard, Villa Vassillieff, invitation de Nikolay Smirnov, 15 couvertures de déménagement, dessins craie et
acrylique, archives imprimées de Nikolay Smirnov, simili cuir, mousse, structure en
métal.

Comme un retard avec Nikolay, 2019

Left-wing Eurasianism-Living in the name of the
common, Atelier Pernod Ricard, Villa Vassilieff, invitation de Nikolay Smirnov, 15 couvertures de déménagement dessinées, dessins craie et
acrylique, archives imprimées de Nikolay Smirnov, simili cuir, mousse, structure en
métal.200 x 320 cm

Activation/performance par Nikolay Smirnov.

« Entre 1926 et 1929, Paris et Clamart repré­sen­tent un pôle majeur de l’Eurasianisme, concen­trant les acti­vi­tés d’édition et de dis­tri­bu­tion de livres, pam­phlets, tracts et jour­naux. L’Eurasianisme est un mou­ve­ment intel­lec­tuel qui sou­tient la révo­lu­tion de 1917 et l’Union sovié­ti­que, défi­nis­sant sa doc­trine comme une « seconde idéo­lo­gie sovié­ti­que ». En 1926, l’exilé russe Leo Karsavin fonda le sémi­naire eura­sia­niste à Clamart, près de Paris. Ses diri­geants, les émigrés russes Petr P. Suvchinsky, Lev P. Karsavin, Dmitry P. Sviatopolk-Mirsky, ont déve­loppé l’Eurasianisme marxiste comme un com­mu­nisme situé (en Russe, mesto-raz­vi­tie, concept eura­sia­niste affir­mant un lien étroit entre le lieu, le pay­sage et la société). Les Eurasianistes de gauche ont publié 35 numé­ros d’Eurasia à Paris, où ils déve­lop­pent des points de vues ori­gi­naux sur la révo­lu­tion, le socia­lisme, le marxisme, la reli­gion, le jeune État sovié­ti­que, sa culture et sa phi­lo­so­phie en dia­lo­gue avec d’autres forces poli­ti­ques émigrées.
Je veux enquê­ter sur le contexte fran­çais et pari­sien pour créer un musée spé­cu­la­tif de l’Eurasianisme de gauche, pour repré­sen­ter les contra­dic­tions du mou­ve­ment, ses acti­vi­tés les plus pro­blé­ma­ti­ques notam­ment en lien avec les ser­vi­ces secrets sovié­ti­ques, les connexions méta-géo­gra­phi­ques entre les pay­sa­ges de Paris et de Clamart et l’Eurasianisme de gauche, à partir de pers­pec­ti­ves his­to­ri­ques et contem­po­rai­nes. En effet, je pense qu’il peut être très fécond de s’inté­res­ser à l’Eurasianisme comme à une acti­vité artis­ti­que radi­cale.

Les idées des Eurasianistes réson­nent avec des ques­tion­ne­ments contem­po­rains. Ils ont amorcé un dis­cours sur le post-colo­nia­lisme, ont condamné l’euro­cen­trisme et initié la réha­bi­li­ta­tion des cultu­res non-euro­péen­nes, dans l’idée de nouer un dia­lo­gue non-glo­ba­li­sant entres les cultu­res. Et, bien sûr, c’est un « pro­duit de l’exil russe », une idée née dans une connexion méta-géo­gra­phi­que entre la Russie et Paris, Clamart. »

Nikolay Smirnov (né en 1982) est un artiste, géo­gra­phe, com­mis­saire et cher­cheur. Il tra­vaille sur les repré­sen­ta­tions de l’espace dans l’art, la science, les pra­ti­ques muséa­les et la vie quo­ti­dienne. Il a récem­ment déve­loppé le concept de géo­gra­phie spé­cu­la­tive en tant qu’outil d’étude spa­tiale.

Il est diplômé de la Rodchenko Art School, du Département de Géographie de l’Université d’Etat de Moscou, et de l’Institut d’Art Contemporain MMOMA (Musée d’Art Moderne de Moscou). Co-com­mis­saire des pro­jets Metageography et Permafrost (Arctic Biennale, Yakutsk, 2016), Nikolay Smirnov a été sélec­tionné pour the Innovation Award for a Curatorial Project(prix d’inno­va­tion pour un projet cura­to­rial).

Dans le cadre de son projet "Left wing Eurasian project" et à l’occasion de la troisième partie de sa résidence à la Villa Vassilief - Pernod Ricard Fellowship, l’auteur Nikolay Smirnov a invité 5 artistes à composer librement à partir des éléments de sa recherche. La nature de chaque réponse varie et résulte d’un échange nourri pendant plusieurs semaines avec les intérêts philosophiques et politiques de Nikolay Smirnov.

Comme un retard avec Nikolay, 2019

Stolen, hidden and retur­ned. Montages et assemblages à partir des archives de Nikolay Smirnov. Images imprimées faisant partie de l'installation : Comme un retard avec Nikolay.