retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2017

Claire Guetta

MÀJ 16-04-2020

  • Vue de l'exposition UN MAXIMUM DE..., Église St Nicolas, Caen, octobre 2019

  • Vue de l'exposition UN MAXIMUM DE..., Église St Nicolas, Caen, octobre 2019

  • Détail de l'exposition UN MAXIMUM DE..., Église St Nicolas, Caen, octobre 2019

Le Diable, 2019

instalation vidéo, 10'10'', 2019
plateau en miroir, colonne en plâtre, obsidienne, faux lierre, sel, colonnes en verre

réalisé dans le cadre D'UN MAXIMUM DE organisé par le Collectif OK à l'église St Nicolas de Caen du 1.10.2019 au 10.10.2019

voix de Adeline Cros,
musique : F G Experimental Laboratory (Suiza, 1975) - Journey Into a Dream
texte de fin : La voie du Tarot, Alexandre Jodorowsky

Dans Le diable, je cherche un moyen d'obtenir des pouvoir de clairvoyance afin de voir mon futur. Hélas je n'y arrive pas et décide de suivre la voie du diable.
La voie de la carte du diable, c'est la voie de la passion, de la connaissance, de la libération, de l'excès. Autant de disciplines longtemps interdites aux femmes qui dès qu’elles y succombaient, étaient considérées comme des Sorcières.

« Je suis Lucifer, porteur de lumière. Mon don magnifique à l’humanité est l’absence absolue de morale. Nul ne me limite. Je transgresse toutes les lois, je brûle les constitutions et les livres sacrés. Aucune religion ne peut me contenir. Je détruis toutes les théories, je fais exploser tous les dogmes. »

« Dans le fond du fond du fond, personne n’habite plus profond que moi. Je suis la source de tous les abîmes. Je suis celui qui donne une vie aux grottes obscures, celui qui connaît le centre autour duquel tournent toutes les densités. Je suis la viscosité de tout ce qui vainement tente d’être formel. La suprême force du magma. La puanteur qui dénonce l’hypocrisie des parfums. La charogne mère de chaque fleur. Le corrupteur des esprits vaniteux qui se vautrent dans la perfection.

« Je suis la conscience assassine du perpétuel éphémère. C’est moi, enfermé dans le sous-terrain du monde, qui fais trembler la cathédrale stupide de la foi. C’est moi qui à genoux mords et ensanglante les pieds des crucifiés. Qui présente au monde, sans pudeur, mes blessures béantes comme autant de vagins affamés. Je viole l’œuf putride de la sainteté. J’enfonce l’érection de ma pensée dans le rêve morbide des hiérophante, pour leur cracher en plein simulacre le sperme froid de mon mépris. »

« Pas de paix avec moi. Pas de petit foyer établi. Pas d’Evangiles pralinés. Pas de vierge en sucre pour les langues moites des nonnes velues. Je défèque royalement sur les oiseaux lépreux de la morale. Je ne m’interdis pas d’imaginer un prophète à quatre pattes monté par un âme en rut. Je suis le chantre extasié de l’inceste, le champion de toutes les dépravations et j’ouvre avec délices, de l’ongle de mon petit doigt, les tripes d’un innocent pour y tremper mon pain. »

« Cependant, depuis le profond du profond de la caverne humaine, j’allume la torche qui organise les ténèbres. Sur une échelle d’obsidienne, j’arrive au pieds du Créateur pour lui présenter en offrande le pouvoir de la transformation. Oui : devant la divine impermanence, je lutte pour conserver l’instinct, pour le figer comme une sculpture fluorescente. Je l’illumine de ma conscience et le retiens, jusqu’à ce qu’il éclate en une nouvelle œuvre divine, l’univers infini, labyrinthe incommensurable qui se glisse entre mes griffes, proie qui s’échappe d’entres mes dents, traces qui s’évanouissent comme un parfum subtil… »