retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2017

Audrey Fosseprez

MÀJ 09-01-2019

Les anneaux de Saturne, 2018

Installation immersive réalisée dans le cadre de l'exposition collective "Territoires", galerie du Temps Présent, Créteil, 2018.
Deux demi-sphères en plexiglas transparent, ballon sphérique argenté, encre noire, mine de plomb, fil, diffuseurs avec distillats (terre, sueur, métal...), enceinte portative avec piste sonore (rythme cardiaque, souffles. Assemblés et ralentis)

 

"Les anneaux de Saturne sont constitués de cristaux de glace vraisemblablement mêlés à des particules de météorites qui tournent en bandes circulaires dans le plan de l'équateur de la planète. Sans doutes s'agit-il de fragments d'une lune plus ancienne, trop proche de la planète et finalement détruite sous l'effet de la force d'attraction de cette dernière" .

Encyclopédie Brockhaus

 

Le roman Les anneaux de Saturne de W.G Sebald nous transporte au coeur de l'expérience d'un "homme qui voyage à pieds dans les paysages de la côte est de l'Angleterre" mais qui "traverse en vérité l'épaisseur des temps disparus."
Le monde selon l'auteur est "une nébuleuse d'histoires et de rêves évanouis, un émouvant kaléidoscopique de fragments et d'éclats où se reflètent encore, pour celui qui sait voir, la trace précaire de nos ensevelissements successifs".

Telle l'agitation permanente qui règne dans les anneaux de Saturne, tout les événements et phénomènes qui se produisent déposent leurs empreintes dans le temps et l'espace. Ainsi, notre mémoire aussi bien collective qu'individuelle est en perpétuelle évolution où éléments immuables et mouvants se mêlent et s'accumulent au fil du temps.

Du cellulaire au galactique le mouvement circulaire gouverne et la sphère est un élément omniprésent.

Une sphère sectionnée en deux en son plan équatorial symbolise l'écrin d'une mémoire laissant s'échapper des empreintes du passé qui par leur impact sur le mur se propagent en ondes circulaires.

Ces empreintes qui se dilatent et se confrontent les unes avec les autres sur la surface interrogent le rapport qu'entretien l'homme avec son identité et son espace vital.

Le monde qui nous entour est régit par des réseaux et des flux plus ou moins visibles; des systèmes de rhizomes.

Ainsi, un ensemble de lignes relit chaque élément tel les réseaux de neurones, les ramifications végétales ou encore les meutes.

Invisibles mais pas moins présents, un flux sonore épais et une odeur pénétrante participent également à la vie de cette installation. Volontairement difficiles à identifier elles sollicitent la mémoire individuelle de chacun et augmente la sensation d'une turbulence spatio-temporelle générale.