retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB, 2013 - 2018

Angèle Manuali

Something Missing

Ce dernier est un projet itinérant qui s'inscrit dans une démarche artistique
de rencontre, de collaboration et de transmission en trois temps : cuisiner/revisiter ;
manger/concerter/planifier ; coopérer/créer/traduire/rendre public.
Il se déploiera dans les régions suivantes : au Kérala en Inde, à Hanoï et dans Les
Montagnes centrales au Vietnam, à Sulawesi au nord Indonésie, Kyoto et Shikoku au Japon.
Nous résiderons entre un et quatre mois selon le pays, et le projet se tiendra de manière
adaptée à chaque lieu.

Le coeur du projet consiste d'abord en la rencontre de personnes avec qui nous cuisinerons une blanquette. Un plat traditionnel français, dont l'arrière-grand-mère d'Angèle était reine et la transmettait à ses filles et petites-filles. Nous voulons proposer cette recette aux habitants des endroits où nous irons pour que la recette soit revisitée, préparée sans livrer l'ordre ni la manière mais seulement les ingrédients ; et évidemment selon ce qui se trouve ou non sur place et les habitudes alimentaires locales. A partir de ce temps de cuisine, on passera à table pour un repas réunissant des amis de la personne qui se sera prêtée au jeu. Et l'idée alors, c'est d'organiser un événement de performance-poésie avec ces gens-là, leur réseau, leur lieu, et de faire un travail d'adaptation in situ de performances et de traduction de textes du français
vers la langue locale, et inversement, afin de constituter une somme qui participera à
la création d'un Journal poétique.
A travers ce projet, nous choisissons de réunir nourriture et art. Puisque dans nos
pratiques artistiques nous nous intéressons à la transmission orale et gestuelle,
intellectuelle et sensible, il nous semble que ces aspects qui se retrouvent dans la
cuisine. De plus, se nourrir est une chose essentielle de la vie, à l'origine d'un grand
nombre d'émotions qui façonnent une culture. La création du souvenir par le goût,
du partage par l'apprentissage, du plaisir par la gourmandise, de la sensualité
par les textures, du rapport au corps par la spiritualité sont autant de sujets qui
touchent aux recherches que nous menons et partageons, notamment par le biais
de l'écriture et de la performance.

The latter is a traveling project that is part of an artistic process meeting, collaboration and transmission in three stages: cooking / revisiting; eat / confer / plan; cooperate / create / translate / make public. It will be deployed in the following regions: Kerala in India, Hanoi and Les Central mountains in Vietnam, Sulawesi in northern Indonesia, Kyoto and Shikoku in Japan. We will stay between one and four months depending on the country, and the project will be held in a adapted to each place. The heart of the project consists first of all in meeting people with whom we will cook a blanquette. A traditional French dish, of which Angele's great-grandmother was queen and passed on to her daughters and granddaughters. We want to offer this recipe to the inhabitants of the places where we will go so that the recipe is revisited, prepared without giving the order or the manner but only the ingredients; and obviously depending on what is or is not there and local eating habits. From this cooking time, we will go to the table for a meal bringing together friends of the person who will have played the game. And the idea then, is to organize a performance-poetry event with these people- there, their network, their place, and to do a work of in situ adaptation of performances and translation of texts from French towards the local language, and vice versa, in order to constitute a sum which will participate in the creation of a Poetic Journal. Through this project, we choose to bring together food and art. Since in our artistic practices we are interested in oral and gestural transmission, intellectual and sensitive, it seems to us that these aspects which are found in the cooked. In addition, feeding oneself is an essential part of life, causing a great number of emotions that shape a culture. The creation of memory through taste, sharing through learning, pleasure through savour, sensuality through textures, the relationship to the body through spirituality are all subjects that affect the research we conduct and share, in particular through writing and performance.

L'eau d'ici

L'eau d'ici est un projet hybride d'installation que je souhaite expérimenter selon deux formes. Une performance rythmée par des lectures-chorégraphiées, et une installation de textes à écouter en libre accès.
La visée du projet est celle d'emporter le spectateur dans un voyage à travers plusieurs mers. Celle qui sépare la vie sur terre de la vie sur l'eau ; celle qui sépare une personne de sa terre d'origine, son identité en deux ; celle qui nourrit ou noie, nous fait tanguer, dériver, celle qui nécessite plusieurs corps pour être pratiquée. C'est aussi la mer au sens originel du terme, celle qui meurt et donne naissance.
Les mers se succèdent dans un espace immersif grâce aux différents récits, dits, lus, projetés, gesticulés, flottants.
Il s'agit d'inviter le spectateur à une expérience particulière de l'écoute, dans laquelle il se retrouve tantôt assistant complice des performeurs, tantôt en contact physique avec eux ou avec les autres spectateurs.
Il est incité à faire vivre le groupe avec l'ensemble des performeurs :un jeu de flux de paroles solitaires, partagées, collectives. La performance fonctionnera sur les principes de la bienveillance, de l'attention, de la confiance, de l'entre-aide et poussera à défaire les distances normées entre les corps.

Pour la performance, l'idée est de créer une constellation lumineuse qui regrouperait un ensemble de textes, témoignages, poèmes. A chacun de ces textes seront associées des actions, réalisées de façon cyclique. Ce projet est une exploration des constructions et perceptions d'un récit, un travail sensible sur les voix reprises ou inventées qui le composent. Cette perception changera selon les différents agencements des textes et enchaînements de « scènes » qui se feront échos les unes aux autres.
L'aspect cyclique et aléatoire se veut aussi pédagogique : c'est-à-dire que si un texte et son action associée se déroulent plusieurs fois, cela laisse le temps au spectateur d'observer le geste, de tester la façon d'accompagner à sa manière la performance, de renouveler son implication, de prendre confiance et de tisser une complicité collective.
La performance se veut un foyer où faire acte de récit, une mémoire vive. Elle donne un corps aux paroles hétéroclites en même temps qu'elle rend l'expérience particulière pour chacun.

L'eau d'ici is a hybrid installation project that exists in two forms. One of them is choreographed readings, the other is an open access text installation. The aim of the installation is to take the viewer on a journey through several seas. That which separates life on earth from life on water; that which separates a person from his native land, his identity in two; the one that nourishes or drowns makes us rock, drift, the one that requires several bodies to be practiced. It is also the sea in the original sense of the term, the one that dies and gives birth.
The seas follow each other in space thanks to the different stories, said, read, projected, gestured, floating.
It is a question of inviting the spectator to a particular experience of listening, in which he finds himself sometimes assistant accomplice of the performers, sometimes in physical contact with them or the other spectators. He is encouraged to bring the group to life with all the performers: a solitary, shared, collective speech flow game.
The performance works on the principles of benevolence, attention, trust, mutual help and pushes to defeat normed distances between bodies in the public space.

The performance consists in a constellation of several texts suspended by luminous beacons, with several gestures and several actions that will be cyclic: this in order to explore the way in which a story is constructed and perceived. This perception will change according to the different arrangements of texts and sequences of "scenes". The way the texts and movements will be echoed will be new at each cycle.
The cyclical and random aspect is also pedagogical: that is to say that if a text and its associated action take place three times, this leaves the spectator time to observe the gesture, to test the way to accompany in his way the performance, and renew his involvement.
In the texts, the subject of memory is very present. The repetition of reading and gestures pursues this idea. The installation is intended to be a home where to act as a narrative, a living memory.
For the sake of intimacy and proximity, the performance could be limited to 15 people at a time.
Initially, each text is attached to brackets of light beacons suspended from the ceiling, which hang at eye level. The performers pick them up as the performance progresses, guiding the spectators.