retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB. 2011 - 2017

Amélie Buhannic

Amélie Buhannic agit en passeuse d’histoires. Témoignages, anecdotes,  faits réels, banals ou extraordinaires, elle les récolte dans une pratique du documentaire dont elle adopte la méthodologie avant d’y insuffler sa propre poésie. Ces histoires personnelles et subjectives constituent une matière première malléable, qui, défaite, délocalisée, augmentée par d’autres récits littéraires ou faits divers, et enfin rechargée d’émotions, reprennent forme et vie dans un film, une performance ou un environnement.

Julie Portier
Publié dans le catalogue d'exposition Mettre à Jour & Extention, 2015

 


 

«Quand nous avons écouté cette pièce la première fois, c’était à l’aveugle. Sans note d’intention, ni titre. Nous nous sommes d’abord demandé où cette voix off, jonglant d’une enceinte à l’autre, voulait en venir. Et puis nous avons fini par comprendre. Dans les dernières secondes. La pièce d’Amélie Buhannic, film sans image, revisite en réalité le long-métrage Elephant de Gus Van Sant sur la tuerie de Columbine, aux États-Unis.

Split-screen sonore

Si nous avons eu un coup de coeur pour cette composition au Festival Longueur d'Ondes le 6 février 2016, ce n’est pas tant pour sa technicité -il y a à redire sur ce 5.1 qui n’en est pas un- que pour l’originalité de sa narration. L’installation d’origine, présentée au Frac Bretagne à Rennes, prévoit quatre haut-parleurs qui scindent et scandent les dernières minutes des différents protagonistes et témoins du drame de Columbine en 1999, comme le ferait un split-screen (en français, écran divisé) au cinéma. Le résultat est un récit « défait, délocalisé, augmenté« , selon des mots empruntés à Amélie, dont résulte une tension grandissante jusqu’au climax silencieux de cette histoire.

Amélie Buhannic, 31 ans, sortie en juin 2015 de l’Eesab, École européenne supérieure d’art de Bretagne à Quimper, se décrit comme une « passeuse d’histoires […] personnelles et subjectives ».

Le jury du Prix de la création en multicanal était composé de Bergame Périaux de l’Ina, d’Hervé Déjardin, expert en son 3D à Radio France et de Olivier Pellerin et Cécile Quéguiner, chargés de mission à l’innovation sonore à la direction du numérique de Radio France.»

Publié sur NouvOson, plate-forme consacrée au son multicanal, Radio France, le 16 février 2016

 


 

«Le montage d’Amélie est fascinant dans la mesure où il me semble porter une vision tragique de l’humanité, qui semble courir de manière artificielle derrière la « simple complexité » naturelle ; cette notion de tragique est-elle également pertinente en musique ?


Je reprends d’abord la note d’intention d’Amélie : «L’imitation est à la base de tout apprentissage. Et s’inspirer de la nature pour solutionner des problèmes humains est un comportement qui traverse notre histoire : l'ingénieur suisse Georges de Mestral a pris pour modèle les graines de la bardane afin de créer le velcro en 1948, la forme de la tête et du bec du martin-pêcheur a inspiré Eiji Nakatsu pour inventer le TGV japonais, le Shinkanzen ; sans parler des célèbres machines volantes de Léonard de Vinci au XVe siècle. Afin de rompre définitivement avec un système du siècle dernier basé sur l’exploitation et l’appauvrissement des ressources et richesses naturelles, le biomimétisme tire des enseignements du vivant et s’inscrit dans un paradigme de la connaissance extraite de la nature. Le monde est en marche vers la 3ème révolution industrielle et dans ses bagages, il emporte avec lui le biomimétisme, source d’innovations sociales et environnementales actuelles et futures.»
Je ne lui ai donné aucune consigne si ce n’est ces deux mots : technologie et nature. Je ne suis quasiment pas intervenu dans son processus de création. On en a simplement beaucoup parlé une fois que son montage a pris fin. J’ai découvert ce monde du biomimétisme qui est absolument fascinant et dans lequel je vois un rapport optimiste au monde. Je n’ai pas la sensation que l’on court après cette simple complexité de la nature. Au contraire, j’ai l’impression que l’on ne s’en inspire pas assez. Chose qui semble changer actuellement et qui me plaît beaucoup, que je souhaite diffuser et mettre en valeur parce que je n’ai pas spécialement envie d’ajouter du pessimisme au pessimisme ambiant. Je me sens du côté de ceux qui disent que le pessimisme est un luxe de nantis.
Quant à savoir si la notion de tragique est pertinente en musique, très franchement, je n’ai pas de réponse très pertinente à donner! Mais je vais y penser.»

 

Matthieu Deuzelles

Extrait de l'article Neige Tropicale, ou la musique électronique expliquée par François Joncour, publié dans Le Poulailler, La revue indépendante du bout du monde, 6 juin 2016