retour à l'accueil

Documentation d'artistes diplômés de l'EESAB, 2013 - 2018

Alice Delanghe

la marionnette près de la mer

PROJET / BEFORE SUNRISE - DEPUIS L'EUROPE JUSQU'AU JAPON, par Doriane Spiteri 

Une proposition de Constance Hinfray, Alice Delanghe, Aurélien Lepetit, Eri Yagi, Megumi Tsuga, Chika Matsuda, Ayaka Ura, Yukie Hirokawa, Haruka Saito, Akiko Nagashima, Yo Yasuda, Yuko Fukasawa, Tomsuma.

Accueillies pendant deux mois et demi en résidence d’été à la Galerie Quinconce de Montfort-sur-Meu, les artistes Alice Delanghe et Constance Hinfray développent Before Sunrise, un projet de collaboration entre une vingtaine d’artistes françaises et japonaises.
Before Sunrise est avant tout une histoire de rencontres : celles que Constance Hinfray a déclenché avec une communauté d’artistes lors d’un séjour au japon en 2019, celle entre les deux artistes malouines qui entament une collaboration, et au centre du projet, la rencontre entre des femmes artistes et professionnelles de l’art originaires de plusieurs pays. Cette mise en relation et cette expérience d’une ouverture à l’autre prend alors forme par une correspondance entre plusieurs pratiques artistiques et différentes cultures. Ces nombreuses collaborations révèlent l’importance accordée à la place de l’autre pour une coopération effective de diverses formes d’expression, un partage qui répartit le commun. 

A l’origine du projet, de nombreuses discussions entre des femmes artistes en France et au Japon lors de réunions autour de la place des femmes dans le milieu de l’art. En découlent des conclusions communes, des témoignages sensiblement familiers. Le milieu compétitif de l’art, le manque de solidarité, la pression que subissent les artistes et plus particulièrement les femmes sont révélés.
Les artistes souhaitent alors créer un spectacle de marionnettes permettant de fournir des témoignages des problématiques rencontrées par les femmes artistes dans leurs vies et leurs carrières. Inspiré du Bunraku, un type de théâtre japonais datant du XVIIe siècle avec des marionnettes à taille humaine manipulées à vue, le spectacle raconte les expériences de sept jeunes femmes artistes, en Europe et au Japon. Ces marionnettes, conçues par les artistes et par la couturière Claire Doucet, permettront de sensibiliser les jeunes publics à l’utilisation du langage corporel et verbal et aux violences et stéréotypes pouvant se jouer dès le plus jeune âge. Adossé au spectacle et au programme pédagogique, un film documentaire est réalisé par Alice Delanghe pour rendre compte du cheminement et des différentes rencontres organisées.
Dans toutes les implications du projet, une démarche écologique globale qui réutilise des matériaux de récupération, biodégradables. Les marionnettes sont réalisées en plusieurs morceaux, pouvant être vidées de leur mousse pour faciliter le transport et permettant de les réutiliser, de les réassembler pour créer de nouvelles marionnettes.

Avec la crise de la COVID-19, le confinement et la fermeture des frontières qu’elle engendre, les projets de voyage d’Alice Delanghe et Constance Hinfray sont compromis, obligeant à repenser le projet. Et c’est ce qui fait la force de Before Sunrise, un projet laissant place au hasard et aux impondérables qui finissent par nourrir le projet lui-même. Elles parviennent alors à travailler à distance avec les artistes japonaises sur la production du spectacle et des marionnettes et profitent de ce « temps-mort » pour ralentir et se concentrer sur l’essentiel. La production du spectacle, l’objectif final, est alors mis au second plan pour privilégier le système d’entraide d’une communauté internationale d’artistes et d’une véritable sororité qu’elles souhaitent mettre en place. Il s’agit de créer, grâce à un fonctionnement horizontal et organique, une communauté de travail qui compose avec le vivant, comme une alternative à l’institution. Elles profitent de l’invitation en résidence de la Galerie Quinconce à Montfort-sur-Meu pour mettre en lumière la scène locale. Elles mettent en place des discussions au long cours avec des professionnelles de l’art autour de l’écologie dans l’art, telles que l’artiste Ariane Michel, la directrice générale des écoles supérieures d’art de Bretagne Danièle Yvergniaux, ou encore avec Muriel Montserrat, Présidente du Festival de théâtre lycéens sur les planches. Pour sensibiliser et fédérer autour de leur projet, elles organisent également plusieurs évènements à Montfort-sur-Meu en commençant par une « table ronde femmes artistes » à la Galerie Quinconce le 16 août, un temps d’échanges entre artistes avec l’intervention de Megumi Tsuga et Ayaka Ura à propos des Female Artists Meetings. Pour poursuivre la multiplication des points de vue et l’instauration d’un rapport de confiance entre artistes, elles organisent également une table ronde sur le concept de naturphilosophie qui guide les artistes du collectif et le 22 août une journée des femmes réalisatrices avec la projection au Cinéma La Cane de plusieurs vidéos d’artistes femmes issues du tissu local : Carole Cicciu, Angèle Manuali, Margaux Parrillaud et Frederrikke Fischer Christensen, Manon Riet, Alisson Schmitt, ainsi que des vidéos d’Alice Delanghe. Pour clore ce week-end de rassemblement et leur résidence d’été, un grand carnaval déjanté s’est tenu le dimanche 23 août devant la galerie avec l’invitation des deux musiciennes rennaises Maison Carton. 

Ouvert à l’impermanence des choses, toujours flexible, Before Sunrise suit son cours. En attendant de pouvoir rejoindre les artistes japonaises pour la tournée du spectacle, Alice Delanghe et Constance Hinfray sont accueillies en résidence de travail du 31 août au 13 septembre à la Générale à Paris et voyageront plus localement à Amsterdam et Bruxelles pour poursuivre leurs recherches et la constitution de leur communauté : « Dans un voyage ce n’est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru, et les détours surtout1.». 

1 Philippe Pollet-Villard, Mondial nomade, Paris, Flammarion, 2011.